Le candaulisme

Le candaulisme est une pratique sexuelle qui consiste à trouver l’excitation en regardant son ou sa compagne en plein ébat sexuel avec une tierce personne. Les ébats du ou de la partenaire qui participe peuvent se faire avec plusieurs hommes ou femmes devant le regard consentant du partenaire inactif. Il était autrefois l’apanage des couples plus âgés où l’homme, ne pouvant plus assurer, se délectait de voir sa femme se faire baiser par un homme plus jeune.

Origine du candaulisme

Etymologiquement, le candaulisme tire sa racine de Candaule, roi légendaire de Lydie. La version la plus érotique est celle racontée par Hérodonte. Candaule se vantait de la beauté de sa femme à tout le monde. Il tenta de persuader Gygès, officier de sa garde, qu’elle était plus belle en l’incitant à la regarder nue à son coucher. L’officier refusa mais sous la pression de son roi, il observa en cachette et se fut surprendre par la reine. Cette dernière, furieuse, offrit l’alternative d’assassiner son mari et de l’épouser. Il refusa mais devant la pression de celle-ci, il se résout à tuer Candaule. Gygès accéda au trône mais il fut sans cesse menacé et contesté par ses opposants.

Fantasme passager ou pratique libertine réelle

Certains couples libertins ont leurs penchants et parmi eux, il y a les candaulistes. En effet, il peut arriver que certains hommes ne trouvent leur excitation qu’exclusivement par le spectacle de leur femme se faisant prendre ou partouzer par des hommes. Souvent, ils peuvent se masturber devant la scène telle un film porno.

black-baise-epouse

Dans le cas où le candaulisme est un fantasme ou une envie curieuse, il est nécessaire pour les couples de jauger la solidité de leur relation. Voir son ou sa partenaire échanger avec un ou une inconnue n’est pas une expérience anodine. Tout d’abord, il est essentiel que les deux partenaires soient consentants dans cette nouvelle expérience échangiste. Cependant, le désir de candaulisme doit surtout venir du partenaire qui ne participe pas. En effet, ce dernier profite tout autant des ébats que le ou la partenaire qui fait l’amour avec la tierce personne. C’est une pratique libertine qui relève du fétichisme profond et source d’excitation principal chez les membres du couple.

Le cuckolding, dérive fetish du candaulisme

Dérive plus fetish du candaulisme, où l’homme est demandeur des ébats de sa femme et garde un certain contrôle des ébats, le cuckolding ( du mot cuckold « Cocu » ) se différencie par la soumission de l’homme. La femme est dominatrice et impose à son mari de la regarder se faire baiser. Dans le cinéma porno, de nombreux sites ont repris la thématique en accentuant le trait par le contraste entre un amant très bien monté et un mari au pénis minuscule. Souvent, le mari cuckold se blottit dans un coin et possède un cache de chasteté qui emprisonne son sexe. Il peut arriver dans ces rapports que le mari participe à la fellation finale consécutive à l’éjaculation de l’amant.

Caroline, une femme et son mari cocu

Pour illustrer ce à quoi peut ressembler une expérience de cuckold, voilà les photos de Caroline, épouse échangiste brésilienne et son mari. Ils ont un amant black qui baise régulièrement cette mature brune. Le mari quant à lui est ravi d’avoir le sexe emprisonné dans un carcan et de boire le sperme de l’amant de sa femme. Vous pouvez trouver des annonces, des posts et des histoires intéressantes de cuckold sur ce blog candauliste. Les témoignages éclaireront ce qui, comme Caroline, ont décidé de se mettre à cette pratique libertine.